Comment préparer sa mobilité internationale ?

Publié le 18 février 2021 Fil'free

Tu souhaites apporter une dimension internationale à ton parcours d’études ? Un semestre ou un stage à l’étranger ça se prépare bien en avance ! Nous avons invité le service des relations internationales de l’Université Jean Monnet à répondre à vos questions.

« Je veux partir étudier à l’étranger, où puis-je aller ? »

Vous devez contacter votre établissement pour connaitre les accords qui existent : le programme Erasmus permet de partir en Europe, mais il peut aussi y avoir des accords avec des pays de tous les continents. Il existe des programmes spécifiques pour certaines destinations comme le Canada, avec les programmes BCI et ORA.

« J’ai un ami qui est parti étudier en Suède, est-ce que je peux y aller moi aussi ? »

Pas forcément : les accords et les partenariats ne sont pas les mêmes d’un établissement à l’autre, ou d’une discipline à l’autre. Vous devez vérifier auprès de votre établissement qu’un accord avec la Suède existe et correspond à votre domaine/niveau d’études.

« L’idée de partir à l’étranger m’intéresse, mais je ne sais pas bien vers quelle destination me tourner. »

Il faut se renseigner sur les destinations possibles dans son établissement / sa discipline d’études. Si l’Europe vous intéresse, vous pouvez aussi faire le test Erasmus pour trouver LE pays qui vous correspond : https://test.studyineuropefairs.eu/

Retrouvez également plein d’infos sur le site https://www.euroguidance-france.org/ avec notamment des fiches détaillées sur de nombreux pays.

« Quand puis-je partir ? Pendant combien de temps ? »

En général, une mobilité d’études dure 1 ou 2 semestres. A l’UJM par exemple, on peut partir de la deuxième année de licence, jusqu’au master… Se renseigner auprès de son établissement ! De plus, il est aussi possible de partir pour faire un stage à l’étranger, la durée varie généralement entre 1 et 6 mois environ.

« Comment préparer mon départ à l’étranger ? »

Il est important de se renseigner sur tous les aspects pratiques : anticiper le logement, le budget, son forfait téléphone, ses démarches administratives – assurances, visa, inscription à l’Université… Globalement : bien se renseigner à la fois auprès de son établissement d’envoi et de son établissement d’accueil (site web de chacun) ! N’hésitez pas à contacter votre établissement, qui peut mettre à votre disposition de nombreux outils pour vous aider à vous préparer.

« Puis-je partir à l’étranger même si mes ressources financières sont limitées ? »

Tous les étudiants sont encouragés à partir ! Pour vous aider, plusieurs bourses existent : bourse Erasmus, bourse BRMI (Bourse Région Mobilité Internationale) financée par la Région Auvergne Rhône Alpes, bourse AMI (Aide à la Mobilité Internationale) si vous êtes boursier du CROUS… Renseignez-vous auprès de votre Service International pour savoir à quelles bourses vous avez droit !

« Vais-je devoir payer deux fois les frais d’inscription (en France / dans mon pays d’accueil) ? »

La plupart du temps, si vous partez en mobilité Erasmus ou dans le cadre d’un accord bilatéral, vous restez étudiant de votre établissement d’envoi, inscrit dans votre établissement d’envoi ; et vous payez les frais de votre établissement d’envoi uniquement.

« Aurai-je deux diplômes à la fin de ma mobilité, le diplôme français et le diplôme de mon pays d’accueil ? »

La plupart du temps, si vous partez en mobilité Erasmus ou dans le cadre d’un accord bilatéral, vous restez étudiant de votre établissement d’envoi (inscrit dans votre établissement d’envoi, avec les frais de votre établissement d’envoi uniquement) vous validez des crédits ECTS pendant votre mobilité, qui compteront pour votre diplôme français uniquement. Vous aurez le diplôme de votre établissement d’envoi, comme les autres étudiants restés en France. Pour valider les deux diplômes simultanément, il existe la possibilité de faire un double diplôme : il s’agit d’un parcours très spécifique, renseignez-vous auprès de votre établissement pour connaitre les possibilités !

« Puis-je partir en mobilité si je suis étudiant étranger (hors UE) inscrit dans une université française ? »

Oui, il est possible d’être à la fois « entrant » et « sortant », soit pour suivre une mobilité d’études à l’étranger, soit pour effectuer un stage à l’étranger. Le seul pré-requis est d’être inscrit dans une Université française, mais peu importe sa nationalité. Attention toutefois, cela peut avoir une influence sur les bourses : par exemple, il n’est pas possible d’obtenir certaines bourses si on fait une mobilité vers son pays d’origine. Également cela dépend du type de votre visa (autorisant ou non un séjour hors de la France). Vous aurez aussi parfois à faire des démarches spécifiques de demande de visa pour le pays de la mobilité en fonction de votre situation.

« Puis-je partir en mobilité si je suis en situation de handicap ? »

Oui, tout le monde peut partir ! Votre établissement peut vous fournir un accompagnement adapté, pour vous permettre de trouver une destination où vous pourrez être accueillis dans les meilleures conditions et vivre pleinement votre expérience internationale. Il est aussi possible de bénéficier d’aides spécifiques pour vous soutenir financièrement.

« Si je pars à l’étranger, vais-je conserver mes bourses du CROUS ? »

Dans le cadre d’un échange universitaire, oui. Il est important de compléter son Dossier Social Etudiant comme chaque année entre le 20 janvier et le 15 mai, même si vous avez un projet de mobilité.

« Faut-il être bilingue pour partir à l’étranger ? / Faut-il parler Norvégien pour partir en Norvège ? »

Non ! Les cours peuvent être délivrés soit dans la langue du pays soit en Anglais, c’est donc un gros plus de savoir se débrouiller dans cette langue. Sans être bilingue, il peut vous être demandé de justifier un niveau B1 ou B2. De plus, il existe aussi des destinations francophones, comme la Belgique, le Canada, la Suisse…

« Je rêve de partir à l’étranger, mais j’ai peur de me retrouver seul ou de ne pas savoir gérer les choses une fois sur place… Est-ce qu’une mobilité est une bonne idée pour moi ? »

Partir à l’étranger n’est pas anodin. Il faut bien se préparer, et être prêt à faire face aux difficultés ! Si on souhaite vraiment partir, mais avec des inquiétudes, on peut privilégier une destination proche – un pays frontalier avec la France, par exemple, qui permette de revenir voir ses proches pendant les vacances. Privilégier également une période plus courte – 1 semestre plutôt qu’une année complète. On peut aussi partir à plusieurs, ou dans une Université qui accueille beaucoup d’étudiants internationaux !

« J’ai besoin de faire une pause dans mes études, et j’aimerais en profiter pour découvrir un nouveau pays. Mon Université peut-elle m’accompagner dans cette démarche ? »

Il est possible de faire une année de césure, en restant inscrit à son Université, mais sans suivre les cours. Il s’agit d’un régime très spécifique, il est important de bien se renseigner auprès des services de son Université. La démarche de césure est individuelle : l’Université ne pourra pas vous trouver une destination ni vous attribuer de bourses. Cependant, vous conservez votre bourse du Crous.

« Concrètement, c’est quoi, « l’expérience Erasmus » ? »

Pour découvrir un témoignage « de l’intérieur », découvrez la discussion croisée entre Iona, étudiante française partie en Erasmus en Italie, et Eliana, étudiante Italienne en Erasmus en France.

Pour contacter le service des relations internationales de l’UJM Saint-Etienne

Pour contacter le service des relations internationales de l’Université Lyon 3

Pour contacter le service des relations internationales de l’Université Lyon 2

Pour contacter le service des relations internationales de l’Université Lyon 1

Non merci

Le crous mobile

Le crous a son appli

Retrouvez toutes les infos du Crous (Restos U, logement, activités culturelles, services sociaux…) sur votre smartphone !